Quartiers Populaires




Nous présentons ici plusieurs textes à propos de l'initiative dite “ Printemps 2012 des quartiers populaires ”, un mouvement se déclarant apolitique mais intéressant particulièrement les partis politique de la Gauche “radicale” dont notamment le NPA et le Front de Gauche. Ce dernier faisant les plus vives critiques de Mohamed Bouklit, président de l’Université populaire Montpellier-Averroès, ex-membre du Conseil national de campagne du Front de Gauche et l’un des dirigeants du Front de Gauche des Quartiers Populaires dont il vient de démissionner. A défaut d'un programme présidentiel du NPA, nous présentons leur opinion à propos de cette initiative des Quartiers Populaires [QP] qui :
doivent devenir pour notre parti la pointe avancée de la résistance contre les politiques répressives et racistes de l’État."


Mike DAVIS vs Frank GEHRY


Frank Gehry : Disney Concert Center de Bunker Hill 

L'architecte américain-canadien Frank Gehry* est considéré comme l'un des plus grands architectes de son temps ; il a été récompensé en 1989 par le prestigieux prix Pritzker - le Nobel de l'Architecture. Mike Davis n'apprécie guère ses oeuvres construites à Los Angeles : il nous explique pourquoi. 

Mike DAVIS

Extraits de
City of Quartz


Le Los Angeles des années 1990 s'est trouvé un autre emblème avec l'architecture déconstructiviste pop de Frank Gehry, célébrée comme le premier grand style vraiment autochtone depuis le bungalow. Le travail de Gehry se distingue en effet par sa capacité unique à « poppiser » le genre noir en recyclant les éléments d'un paysage urbain dégradé et socialement sinistré (ciment brut, grosses chaînes barrant le passage, murs aveugles, etc.) dans le décor lumineux et aéré d'espaces conviviaux (écoles de droit, aquariums, cinémathèques, etc.). On a là une alchimie architecturale qui revalorise des « espaces urbains sinistrés », comme le centre de Hollywood ou le quartier Pico-Union, en combinant formes séduisantes et des équipements sécuritaires complexes, comme nous le verrons par la suite. 

Art Politique / Art Social 1960 / 1980



 Haacke : Shapolsky et al. Manhattan Real Estate Holdings, 1971

Michael Archer

Art politique et Art social, 1960 / 1980
Idéologie, identité, différence


Le type d'art produit par la Factory d'Andy Warhol – dépersonnalisé, mécanique, et faisant appel à des procédés de fabrication multiples – caractérisait l'idéologie d'une grande partie du Pop Art : l'art comme tous les produits industriels manufacturés pour une économie de marché capitaliste, n'était qu'un bien de consommation et rien d'autre. Le travail du marchand consistait à créer un marché dans lequel de tels biens pouvaient être vendus et achetés. Face à cette réalité, les notions de beauté, de valeur esthétique et de transcendance perdent de leur pertinence. Au bout du compte, une oeuvre d'art vaut le prix que quelqu'un est prêt à y mettre et, par conséquent, la réponse à la question de savoir ce qui pousse les gens à se consacrer à l'art est facile : ils le font pour l'argent. A la fin des années 1960 et au début des années 1970, tout ce qui pouvait nourrir le marché et, donc, contribuer au succès commercial des économies occidentales était perçu, tout particulièrement par certains artistes américains, comme apportant un soutien tacite, aussi indirect qu'il fût, à l'intervention américaine dans la guerre du Vietnam – entre autres. Il existait donc une raison de plus d'explorer la nature intrinsèquement non-mercenaire du conceptualisme et celle, éphémère, de la Performance. En effet, un art qui pouvait s'affirmer comme tel, tout en rejetant l'aspect mercantile des objets, portait en lui une certaine efficacité idéologique et politique, contraire aux principes capitalistes de l'économie de marché.

Communes Libertaire et Anarchiste en France


Les colonies communistes sont des phares qui illuminent l'océan sombre et perfide des systèmes économiques basés sur l'arbitraire d'un petit nombre ou le déterminisme aveugle des majorités.
E. ARMAND | 1904
 

Michel ANTONY

Ressources sur l'utopie, sur les utopies libertaires et les utopies anarchistes
Extrait de :
Essais utopiques libertaires de « petite » dimension

L’utopie anarchiste ou libertaire est également une utopie active, en acte(s). Pour les anarchistes, « la propagande par le fait » inclut la propagande par l’écrit, la parole, le mode de vie, les actes, les réalisations exemplaires, même à petite échelle. Ainsi, pour beaucoup d’anarchistes et de libertaires de toute mouvance, et pas seulement pour les seuls « éducationnistes réalisateurs », « vivre en anarchiste »[1], ou « relocaliser l’utopie »[2], ici et maintenant représente :

Le parti socialiste [français] et la ville : 41 propositions.

Affiche, 1980


« Être socialiste, c’est ne pas se satisfaire du monde tel qu’il est, c’est vouloir changer la société. L’idée socialiste relève, à la fois, d’une révolte contre les injustices et du combat pour une vie meilleure. Le but de l’action socialiste est l’émancipation complète de la personne humaine. »

Article 1 de la déclaration de principe du Parti socialiste. 



Il nous semble impossible de prendre à leur juste mesure les promesses du programme du parti socialiste sans le comparer avec la réalité : celle des politiques urbaines, des grands plans d'urbanisme, des faits et des actions concrètes décidées par des élus et des maires socialistes qui gouvernent villes, départements et régions. Qui ou Que Croire alors, les promesses électorales ou les faits ? Leur proposition électorale de combattre les grandes injustices spatiales ou bien celles quotidiennes qui se déroulent en ce moment même dans les territoires dont ils ont la charge ? Comme à Lyon, Lille, Paris et Marseille. Procéder à la liste des contre-exemples serait fastidieux tant ils sont nombreux. Notons simplement deux cas de figure, Paris et Marseille.

La Ville selon Sarkozy, Hollande, Bayrou


Mais pour des sujets qui ne souffraient pas l’approximation, leurs réponses sont travaillées, documentées, en particulier pour les deux candidats en position favorable dans les sondages. Au final, François Hollande, Nicolas Sarkozy rendent une copie impeccable même si elle est sans grande saveur.
Revue l’Architecture d’Aujourd’hui
N°388 | Mars 2012

Nous publions ici un extrait d'un article de la revue AA, présentant les interviews de François Hollande, Nicolas Sarkozy et François Bayrou, [et Mélenchon ?] à propos d'aménagement du territoire, d'urbanisme et d'architecture : éloquent !

[NOTA BENE : les illustrations ont été ajoutées par nos soins]

AA. Face à l’expansion des zones urbaines, qui repousse les habitants/travailleurs vers les périphéries, aggrave les problèmes de transport, détruit les terres agricoles ou naturelles, quelles sont vos trois priorités ? Et pourquoi pensez-vous qu’elles vont être de nature à résoudre le problème ?

Présidentielles 2012 : Lutte Ouvrière



Si on laisse la construction de logement aux mains des intérêts privés et du profit, jamais la crise du logement ne sera résolue.

LUTTE OUVRIERE
Union Communiste (Trotskyste)

Voici le programme de l'Union Communiste (Trotskyste) concernant nos domaines : territoire, urbanisme, architecture. Trois thématiques y sont abordés succinctement : le logement, les quartiers populaires et l'écologie. Rappelons qu'en tant que parti marxiste, la ville n'est que l'aspect particulier d'un problème général et sa forme future est liée à l'avènement de la société sans classe. Il est impossible et inutile, avant toute prise de pouvoir révolutionnaire, de chercher à en prévoir l'aménagement futur : l'avenir demeure ouvert. Ainsi, la principale réponse de l'Union Communiste est, en premier lieu,  de s'attaquer aux racines du mal, à savoir le chômage endémique et il propose l'élévation du niveau de vie de la population, et du travail pour tous, permettant ainsi de loger le plus grand nombre et de faire sortir les quartiers populaires de la misère

Présidentielles 2012 : FRONT de GAUCHE

Nous sommes le drapeau rouge... Nous allons faire de cette élection une insurrection civique. Génie de la Bastille qui culmine sur cette place, nous voici de retour, le peuple des révolutions et des rébellions en France. Il nous faut aujourd'hui, dans cette France défigurée par les inégalités (...), tourner la page une nouvelle fois de l'Ancien Régime.
Jean-Luc Mélenchon
Front de Gauche
Allocution dimanche 18 mars 2012
la Bastille, France

Voici le programme officiel du Front de Gauche pour les présidentielles 2012, mené par Jean-Luc Mélenchon, concernant nos domaines : territoire, urbanisme, architecture. Un programme qui a été élaboré, pour ses domaines par trois commissions : logement, écologie, et une regroupant transport, politique de la ville et aménagement du territoire. Les membres de ses commissions ne nous sont pas indiqués, dommage... car il est très intéressant de savoir quelles personnalités - les professionnels de la ville - élaborent les propositions.

Caza : Scènes de la vie de banlieue



Caza, UN des plus grands maîtres de la Bande Dessinée de science fiction, imagine depuis quarante années maintenant des mondes wagnérien, un univers  proche de Druillet et du regrétté Moebius. C'est à partir de 1975 que Caza nous offre les plus belles planches de la bande déssinée à propos de la ville et notamment des Habitations à Loyer Modéré [HLM] : la science fiction s'invite dans la vie quotidienne des citadins mis en cage. Les Scènes de la vie de banlieue sont une chronique d'une époque, qui annonçait les catastrophes urbaines de la ville modernisée offerte au capitalisme ; une critique politique inédite dans le monde de la bande dessinée, véritable  pavé dans la mare du conformisme ambiant, qui le place aux côtés du dessinateur américain Robert Crumb, autre grand pourfendeur de la vie et ville moderne. Une critique corrosive qui prolonge celle du monde absurde des Shadocks, qui s'imprègne du dessin de Gébé et de la satire de Reiser - et d'autres - contre la même middle-class et influencée, pour un temps, par le " Pop Art " et la libération sexuelle, elle nous offre de sublimes corps féminin dénudés s'opposant à la laideur des HLM et de leurs habitants. Des hlmiens qui à cette époque ne sont pas encore des "relégués", pauvres et immigrés. Ces fantastiques histoires ont maintenant valeur de documents historique, ethnologique, politique et drôlatique, incontournables. 


IBIZA : Ile Paradis HIPPIE

IBIZA 1968, image du film MORE

Every day is my day

Pink Floyd


"Un des plus beaux spectacles auxquels on puisse assister est leur bain matinal qui ressemble à un rire. Celui qui les voit pense inévitablement que c'est ainsi que s'éveillaient nos ancêtres au Paradis."

Diario de Ibiza, 6 septembre 1969



Baignées dans les eaux méditerranéennes et espagnoles, les Iles Baléares ont été à plusieurs reprises la proie d'envahisseurs, phéniciens, grecs, romains, arabes, pirates, puis une terre d'exil pour les réfugiés fuyant l'Allemagne nazie avant de connaître de nouvelles invasions de barbares, pacifiques cette fois. A Ibiza, au contraire de sa voisine Majorque, ce sera le monde artistique, la jet-set des années 1960, les premiers touristes ; puis vint à partir de 1964 l'invasion hippie. L'île colonisée par l'utopie immédiate et anti-autoritaire exigeant l'amour, la fraternité, l'esprit de la fête permanente, devint mythique, et plus encore Formentera, la petite soeur d'Ibiza. C'est sur cette île minuscule, pauvre, aux terres désertiques et aux plages de rêve, habitée par deux mille habitants seulement, que s'exprimera au mieux la radicalité hippie dans son refus de participer à la société de consommation. Au-delà des clichés, la petite communauté hippie résidente à Ibiza et Formentera organisera entre 1967 et 1975, des structures tout à fait originales permettant à ses membres et à leurs enfants de vivre sinon en autarcie mais en marge du système commercial et des institutions de l'Espagne qui, rappelons-le, était sous le contrôle de la dictature de Franco. Une dictature qui avait abandonné les îles baléares à leur sort, ce qui explique, en partie, les bonnes dispositions des ibicencos à accepter l'arrivée de cette étrange population, très différente mais leur permettant de développer le commerce.

Mao Zedong : Dàzhài, une Commune populaire modèle

 Dazhai-1970

La pauvreté pousse au changement, à l'action, à la révolution. Une feuille blanche offre toutes les possibilités; on peut y écrire ou y dessiner ce qu'il y a de plus nouveau et de plus beau.
MAO ZEDONG
Présentation d'une coopérative (15 avril 1958).


Première partie | Territoire et Villes en Chine Maoïste

Dàzhài : un village – une brigade de production agricole , pauvre et isolé dans une région montagneuse, organise et débute la construction, à partir de 1952 et sous l'égide d'un pauvre paysan analphabète, d’imposantes cultures en terrasses, sans aucune aide – financière, matériel, technique - des autorités régionale ou nationale de la jeune République. Un exploit remarquable auto-initié bien avant la campagne du Grand Bond en avant décidée par Mao Zedong. Un travail titanesque, qualifié de sur-humain,  qui préserva ses habitants-agriculteurs des ravages de la Grande famine des années 1960, et força l'admiration – littéralement – des plus hauts dignitaires du régime. 

USA : American Indian Movement

1973, Wounded Knee


Les premières batailles des colons contre les Améridiens de l'Amérique du Nord [Native American] se déroulent en 1778 ; une longue guerre, ponctuée de massacres qui deviendra un véritable génocide, caractérisé selon l'historien américain Howard Zinn par le fait que « les gouvernements américains ont signé plus de quatre cents traités avec les Indiens et les ont tous violés, sans exception ». Un siècle plus tard, après la redition de Geronimo en 1886, le massacre de Wounded Knee en 1890 sonne le glas de la résistance Amérindienne sur le continent Nord Américain ; les survivants de ce génocide sont parqués dans des réserves aux terres arides et poussiéreuses où s'abîment les larmes de tristesse des nations Indiennes vaincues et humiliées, et durant les années 1890-1930 les Indiens sombrent dans une torpeur funèbre aggravée par l'alcoolisme. C'est durant cette période que le taux de natalité est le plus bas, faisant croire à certains "observateurs" de Washington que les Indiens sont destinés à complètement disparaître, d'ailleurs beaucoup d'Américains de cette époque pensent qu'il n'y a plus d'Indiens vivants aux Etats Unis.